Rencontre fatale

Crédits : Noel Valmore de Wand of Fortune par ?, image retouchée.
Originale ici.




Les ombres dansaient dans les rues. Humains et démons se confondaient lors de la grande nuit d'Halloween. Les sucreries prisées par ces derniers ? Les jeunes femmes qu’ils envoûtaient. Un petit jeu auquel se livrait en ce moment même l’un des êtres les plus perfides. D’une belle allure, le regard séducteur, un sourire charmeur, ce démon doté du plus amical des visages humains sévissait en toute liberté. Il était drapé d’une longue cape en velours noir, ornée de fines broderies dorées sur le pourtour. Elle se balançait au gré d’un vent léger et enveloppait entièrement son corps, à l’exception de ses hautes bottes à lacets noirs. La capuche qui recouvrait le haut de sa figure laissait s’échapper quelques mèches blondes et dévoilait seulement deux yeux rouges excités par les meurtres de minuit.
Il avait revêtu ce costume pour se fondre dans l’ambiance de la fête. Un démon qui jouait au démon lui semblait ridicule, mais il ne pouvait s’empêcher de tirer une satisfaction malsaine de cette ironie. Il était posté en observateur sur l’un des toits d’une grande ville, son regard parcourait les rues à la recherche de sa prochaine victime. Lorsqu’il se posa sur une jeune femme, le sort de celle-ci fut immédiatement scellé. C’était une belle brune au teint mat et dont les courbes voluptueuses auraient fait se damner n’importe quel homme. Elle incarnait une femme vampire diablement séduisante. Elle marchait seule dans une rue éclairée par quelques lanternes, vêtue d’un corset bordeaux qui surmontait une jupe noire et flattait son décolleté. Des gants en dentelle noire paraient ses mains, ses jambes étaient habillées par un collant en maille. L'air nocturne lui fit resserrer la courte cape qu’elle avait nouée à son cou. Elle titubait sur une paire d’escarpins rouges le bruit de ses talons claquant sur les pavés. Le démon se téléporta et surgit devant elle, avant de demander subtilement :

— Un baiser ou la mort ?

La jeune femme sursauta puis gloussa à la vue de celui qu’elle pensait être un simple humain déguisé en une sorte de prince des ténèbres.

— Ce n’est pas gentil de me faire peur. Eh, mais c’est un joli costume. Pour un joli garçon…

Le démon sourit. Éméchée. Il avait espéré une jeune personne pleine de pureté et voilà que l'innocence de sa future délectation était souillée. Résolu à s'en contenter, il ne pouvait cependant nier que cette douceur allait lui procurer un plaisir fou. Et pour les femmes qui jouaient les séductrices, il n’avait aucune pitié.

— Tu ne devrais pas te promener dans les rues toute seule, trésor.
— Tu t'inquiètes pour moi ? C'est adorable mais il ne faut pas, minauda la jeune femme chancelante. Je rentre d'une soirée, j'habite à quelques mètres. Je ne crains rien... à moins de croiser une personne malintentionnée. Comme toi peut-être ? demanda-t-elle malicieusement sans avoir conscience du danger.
— Tu ne crois pas si bien dire. Mes intentions sont… littéralement démoniaques.

L’aura qu’il dégageait se fit inquiétante et la jeune femme esquissa un mouvement de recul. Le démon ne lui laissa pas l’occasion de s’échapper. Il l’attrapa fermement, la poussa dans l’embranchement d’une ruelle puis la plaqua contre le mur. Il saisit sa taille, amena son corps contre le sien et entreprit de multiples caresses sensuelles sur cette chair qu’il convoitait. La jeune femme, bien que confuse à cause des effets de l’alcool, émit quelques réticences. L’être démoniaque attira le regard de sa proie dans ses deux pupilles vermeilles pour que celle-ci s’abandonne complètement. Elle fut subjuguée et céda à de longs gémissements. Son corps s’enflammait au rythme des délices érotiques que la créature déposait sur sa peau. L'humaine n’avait plus qu’un désir : être sienne. Des pensées macabres s’immisçaient dans son esprit. Le pouvoir du démon venait de pénétrer en elle et l’ensorcelait. Satisfait, il la jugea prête à être cueillie.

— Tu n’as pas répondu à ma question, susurra-t-il au creux de son oreille. Mais rassure-toi… Ça n’a pas d’importance. Je prends ce que je veux. Choisir ne t’aurait pas sauvé ma douce, car mes baisers… apportent la mort.

Sous l’emprise totale du charme de l’être démoniaque, l’humaine n’eut pas conscience de ses paroles. Quelle faiblesse d’âme, pensa-t-il. Puisque tu le désires si fort, je vais te donner ce que tu veux. Joignant les actes à la parole, le démon s’empara des lèvres de sa captive et lui offrit un baiser enivrant qui aspira lentement son énergie vitale. Courbé au-dessus d’elle, il maintenait sa nuque au moyen d’une main fourrée dans ses cheveux d’ébène et laissait libre court à sa pulsion meurtrière. La lumière d'une petite lanterne éclairait sommairement la scène macabre et l'ombre du démon cambrée sur le corps de sa victime évoquait celle d'une bête dévorant sa proie. La jeune femme se trouvait dans un état second, en proie à un indescriptible masochisme. Son esprit vibrait d'exaltation pour l'homme qui l'embrassait, mais une douleur atroce remuait dans son corps. Sa poitrine la serrait, la chaleur qu'elle ressentait n'avait rien de naturel. Elle se sentait défaillir et ne pouvait lutter. En lui ôtant tout souffle de vie, le monstre devenait plus puissant à chaque bouffée qui l'envahissait. Il atteignait une forme de transcendance. Mais tandis qu’il savourait le flux exquis issu du supplice qu'il infligeait, il fut interrompu par un individu brun qui avait l’air tout aussi malfaisant que lui et dont les yeux rouges semblaient gorgés de sang.

— Kol ? On ne pourra pas couvrir nos traces si tu les tues toutes.

Lorsque le dénommé Kol releva la tête vers cette voix familière, sa capuche tomba en arrière, laissant découvrir une peau d’une blancheur cadavérique. Ses cheveux blonds étaient devenus blancs, le contour de ses yeux s'était orné d'un noir charbonneux. Le crime qu’il venait de commettre révélait sa nature démoniaque, prenant le pas sur son humanité.

— Je veux la dévorer, Kai, lâcha-t-il dans un râle de désir.

Le brun lui lança un regard réprobateur. Alors, d’un mouvement nonchalant, le premier démon laissa tomber le corps de la jeune femme sans la moindre considération. Il l’enjamba sans daigner lui accorder un regard, puis rajusta sa capuche tout en rejoignant son acolyte. Un sourire carnassier se dessina sur son visage.

Mon commentaire : Après avoir exploré des personnages torturés par leurs crimes et trouvant une rédemption en l'amour, le texte que je vous présente met en scène un protagoniste en accord avec les atrocités qu'il commet. C'est la première fois que l'un de mes personnages est un démon. Un démon bien particulier puisqu'il charme les femmes afin d'aspirer leur essence vitale et ainsi approcher la vie éternelle. Aucune trace d'amour ne semble exister chez Kol... Simple histoire d'horreur ou début de quelque chose de plus grand ? Je ne vous en dis pas plus car Rencontre fatale peut se lire en tant que texte unique, mais elle pourrait aussi introduire une nouvelle, comme je l’ai expliqué dans cet article. Pour être tenus au courant de mes prochains écrits, je vous invite encore une fois à suivre ma page Facebook. Partagez si vous avez aimé, j'attends vos retours ! Merci de m'avoir lu. ♥

Partager ce post :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Aide pour envoyer un commentaire : cliquez sur Sélectionner le profil puis choisissez comment vous souhaitez apparaître. Par exemple, Nom/URL pour poster avec un pseudo, Anonyme pour poster en anonyme, etc...